AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Races Possibles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Murtagh
Fondateur / Dragonnier & Dernier des Parjures
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 24

Carnet de Voyage
Race: Humain
Alignement: Mauvais
Mon Dragon/nier: Thorn

MessageSujet: Les Races Possibles   Jeu 9 Avr - 19:37

source : http://www.eragon-shurtugal.com

Elfes

En général :

Les elfes sont appelés "le beau peuple", car ils aiment la beauté sous toutes ses formes, et ils cherchent à atteindre sa perfection dans leur apparence. Chaque elfe est exactement comme il ou elle le désire. Lorsqu'un elfe a appris à utiliser les sorts permettant de modeler les êtres vivants, il choisit le plus souvent de modifier son physique pour qu'il reflète au mieux sa personnalité. Quelques-uns sont allés au-delà des simples transformations esthétiques et ont réaménagé leur anatomie pour s'adapter à différents environnements. Le mariage n'existe pas chez eux, ils prennent des partenaires pour une durée de leur choix. Avoir un enfant est considéré comme le gage d'amour suprême. Leurs villes sont construites au Nord, dans la forêt Du Weldenvarden. Islazandi, la reine des elfes, vit dans la ville d'Ellesméra. Les elfes fabriquent rarement des épées, ils préfèrent les arcs et les lances. Ils vivent très longtemps, parlent l'ancien langage et beaucoup pratiquent la magie. Ils sont immortels, mais vulnérables aux blessures physiques. De toutes les races, ce sont ceux qui changent le moins. Ces êtres ont une grande passion pour la mer, ce qui leurs a inspiré de très belles chansons. Par exemple, la triste histoire de deux amants, Acallamh et Nuada, que la mer a séparés.

"Du Silbena Datia
Ô, liquide tentatrice, sous l'azur du ciel,
Toi dont la beauté m'appelle, m'appelle,
Sous tes yeux toujours je voguerais,
S'il n'était la jeune fille, là-bas,
Qui m'appelle, m'appelle...
Elle a lié mon coeur d'un ruban couleur de lys
Que rien ne brisera, mais que la mer délie
Et que les vagues entraînent, entraînent..."

Leur Histoire

L’élément charnière de l’histoire des elfes fut ce que l’on nomma Du Fyrn Skulblaka (La Guerre des Dragons). D’une déplorable méprise découla une guerre sanglante entre le "Beau Peuple", comme on l’appelle, fraîchement débarqué en Alagaësia, et les dragons. En effet, les elfes ne comprirent pas immédiatement que les dragons n’étaient pas de simples animaux, juste bons à chasser comme du gibier. La réaction fut immédiate et brutale. Durant un lustre, ne sachant communiquer entre eux, ils s’affrontèrent, tentant en vain de mettre un terme à la violence, risquant l’extinction des deux plus puissantes races, ravageant l’Alagaësia. Jusqu’au jour où un elfe du nom d’Eragon, homonyme du héros de ce récit, découvrit un œuf de dragon blanc et résolut de l’élever en secret. Il l’appela Bid’Daum, dans la langue ancienne et, lorsque ce dernier atteint l’âge adulte, il put prouver aux deux peuples déchirés qu’ils pouvaient vivre en harmonie. Un accord de paix fut alors conclu entre les dragons et les elfes. Et pour que celui-ci ne puisse jamais être brisé, l’ordre des Shur’tugals (les Dragonniers) fut institué, scellé par le Serment du Sang.

C’était il y a plus de 2700 ans, Tarmunora, alors reine des elfes, et les représentants des dragons décidèrent qu’un simple traité, signé sur le papier ne suffisait pas puisqu’il n’avait aucun sens pour les puissantes créatures ailées. Aussi, convinrent-ils d’unir leurs deux espèces par la magie. Il fallut neuf ans aux plus avisés des magiciens pour imaginer le sort approprié. Mais, lorsque ce fut fait et qu’ils se réunirent à Ilirea, ils purent mêler leurs âmes et leurs destins (Wyrds dans l’ancien langage). Cette alliance particulière métamorphosa les deux peuples de manière significative, bien que les elfes en aient tiré plus d’avantages : les dragons acquirent l’usage du langage, ainsi que quelques éléments de civilisation ; les elfes purent profiter de l’immortalité et de la magie des dragons. Les elfes perpétuent cette tradition en célébrant Agaetí Sänghrem (Le Serment du Sang) tous les siècles, en mémoire de leur pacte avec les dragons.

Pour ce qui est de leurs autres monarques, on sait que la reine Dellanir régnait au temps où Anurin était le chef des Dragonniers, puisqu’ils eurent, un temps, des divergences d’opinions. Elle abdiqua au profit d’Evandar, il y a 500 ans. A sa mort, ce dernier laissa le trône à sa compagne, la reine Islanzadi, qui gouverne toujours le royaume des elfes, prouvant s’il en était besoin, l’incroyable longévité des elfes. Contrairement aux nains et aux hommes, les elfes n’ont pas de mythologie ou de religion. Ils ne célèbrent aucun culte et ne vénèrent donc aucun dieu. Pragmatiques, ils ne croient qu’en ce qui peut être prouvé et vivent donc dans un monde où ils sont seuls responsables de leurs actes, s’appuyant sur la raison plutôt que sur la foi. Quant au royaume des elfes en lui-même, il se cache quelque part au sein de l’immense forêt de Du Weldenvarden, protégé autant par la magie que par le secret. Et loin, bien loin de la mer par où ils arrivèrent en Alagaësia, car en effet leur terre d’origine, avant l’Alagaësia, s’appelle Alalëa.

Le Salut

Lorsqu’un elfe en rencontre un autre, chacun s’arrête et porte deux doigts à ses lèvres pour signifier : « Je ne déformerai pas la vérité pendant notre conversation. » Après quoi l’un prononce la phrase « Astra eterni ono thelduin », à laquelle l’autre répond : « Astra du evarinya ono varda. », et si on veut se montrer particulièrement cérémonieux, on ajoute : « Un atra mor’ranr lifa unin hjarta onr ». Ces formules viennent d’une bénédiction prononcée par un dragon au temps où notre pacte avec eux fut définitivement adopté.

Astra eterni ono thelduin,
Mor’ranr lifa unin hjarta onr,
Un du evarinya ono varda.

Autrement dit : « Que la chance t’accompagne, que la paix règne dans ton cœur, et que les étoiles veillent sur toi ! »
Si on salut quelqu’un d’un plus haut rang que soi ou si on souhaite honoré un subordonné, on prend la parole le premier.
Si on rencontre une personne moins importante que soi, on parle après elle. Quand on n’est pas sûr de la hiérarchie, on laisse à son interlocuteur le temps de s’exprimer ; s’il reste silencieux, c’est à soi de parler.
Dans la société des elfes, nul n’est supérieur à un dragon. La reine elle-même n’a aucune autorité sur eux. Ils peuvent faire et dire ce qu’ils veulent.

Quelques Titres

Elda : Titre honorifique très élogieux, employé indifféremment pour les hommes et pour les femmes.
Finiarel : Titre honorifique donné à un jeune homme à l’avenir prometteur.
Svit-kona : Titre honorifique protocolaire donné à une elfe d’une grande sagesse.
Vodhr : Titre honorifique masculin assez élogieux.
Vor : Titre honorifique masculin donné à un proche.

La fête de Dagshelgr :

Les elfes chantent en ancien langage et les poèmes lyriques combinent des incantations si envoutantes qu’il est difficile d’y résister. C’est pourquoi ces saturnales sont dangereuses pour les mortels. La célébration de Dagshelgr sert à préserver la santé et la fertilité de la forêt. Chaque printemps les elfes chantent pour les arbres, les plantes et les animaux.

Les Chevaux Elfes :

Ils obéissent à tout ordre donné en ancien langage, cependant ce ne sont pas des esclaves, mais des amis et des partenaires. Ils ne portent quelqu’un qu’aussi longtemps qu’ils y consentent, c’est un grand privilège d’en chevaucher un. On ne tombe jamais de leur dos, sauf si on le fait exprès, et sur un terrain difficile, ils savent choisir le chemin le plus court et le plus sûr. Les Feldûnost des nains font de même.

Quelques mots pratiques :
Ganga fram : avancer
Blöthr : s’arrêter
Hlaupa : galoper
Ganga apr : faire demi-tour

L'Arbre Menoa :

En ce temps-là, il y avait une femme, Linnëa. C’étaient les années d’épices et de vin, avant la guerre contre les dragons et avant que les elfes deviennent aussi immortels que peuvent l’être des créatures vulnérables, faites de chair et de sang. Linnëa avait vécu des années sans la présence réconfortante d’un compagnon, et sans enfants, car elle n’en avait pas ressenti le besoin, préférant s’adonner à l’art de chanter aux plantes, dans lequel elle était passée maître. Du moins en fut-il ainsi jusqu’au jour où un jeune homme se présenta à sa porte et la séduisit avec des mots d’amour. Sa tendresse éveilla en Linnëa un aspect d’elle-même qu’elle n’avait jamais soupçonné : le désir insatiable de connaître ce qu’elle avait sacrifié par ignorance. Une seconde chance lui était offerte, qu’elle ne comptait pas laisser échapper. Elle sacrifia son travail pour se consacrer à ce jeune homme, et, pendant un temps, ils furent heureux.

Mais le jeune homme, justement, était jeune ; l’envie le prit de trouver une compagne mieux assortie. Son regard tomba un jour sur une femme de son âge ; il la courtisa et la conquit. Et, pendant un temps, ils furent heureux.

Lorsque Linnëa découvrit qu’elle avait été méprisée, trompée, abandonnée, elle devint folle de douleur. Le jeune homme avait commis la pire des choses, il lui avait fait goûter à la plénitude de la vie, puis l’en avait privée. Elle le surprit avec la femme et, emportée par la fureur, le tua d’un coup de poignard.

Linnëa savait qu’elle était coupable d’une grande faute. Elle savait aussi que, m^me si elle expiait ce crime, elle ne vivrait plus jamais comme avant. L’existence, pour elle, était désormais sans joie. Alors, elle marcha jusqu’au plu plus vieil arbre du Du Weldenvarden, se pressa contre lui et chanta pour fusionner avec lui, renonçant à sa propre espèce. Pendant trois jours et trois nuits elle chanta, et, quand elle eut fini, elle était devenue l’une de ses plantes bien-aimées. Depuis lors – depuis tous ces millénaires –, elle veille sur la forêt… Ainsi fut créé l’arbre Menoa.


Dernière édition par Seth le Ven 10 Avr - 12:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sulawesi.bbactif.com
Murtagh
Fondateur / Dragonnier & Dernier des Parjures
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 24

Carnet de Voyage
Race: Humain
Alignement: Mauvais
Mon Dragon/nier: Thorn

MessageSujet: Re: Les Races Possibles   Jeu 9 Avr - 19:38

Humains

C'est la race la plus répandue. À vous d'écrire leurs histoires =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sulawesi.bbactif.com
Murtagh
Fondateur / Dragonnier & Dernier des Parjures
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 24

Carnet de Voyage
Race: Humain
Alignement: Mauvais
Mon Dragon/nier: Thorn

MessageSujet: Re: Les Races Possibles   Jeu 9 Avr - 19:44

Les Nains

En général :

Les nains sont partagés en 13 clans, qui sont soumis au roi, ces clans ont chacun un chef qui possède un grand pouvoir. Ce sont eux qui choisissent le nouveau roi lorsque le précédant meurt. Les nains utilisent un système de miroirs et de lanternes pour transmettre des informations par un réseau de tunnels. Ils aiment autant l’air libre que les elfes et les humains, par contre contrairement aux autres races, ils ont sept orteils à chaque pied. Les nains adorent les devinettes.

Les Dûrgrimst:

Cinq espèces ont donné leur nom à un clan, le feldûnost, le loup des forêts, l’ours des cavernes, l’uzhadn (nommé Beorn par les elfes, ce qui a donné le nom aux montagnes des Beors) et le nagra.

Le Dûrgrimst Ingeitum (le clan des forgerons):
Son emblème est un marteau entouré de douze étoiles.

Le Dûrgrimst Quan :
Ce sont les serviteurs et les messagers des dieux. Ils sont puissants, mais peu nombreux, en dépit de leur pouvoir sur l’au-delà et sur l’or. Le Celbedeil est le plus grand temple du royaume des nains et la demeure de ce clan. Le chef de ce clan est Gannel.

Le Dûrgrimst Ragni Hefthyn :
Le clan du gardien de la rivière. Le Ragni Hefthyn (gardien de la rivière) contrôle Tarnag. Le chef de ce clan est Ûndin.

Le Dûrgrimst Feldûnost :
Probablement le clan le plus brave et le plus vénéré de tous, car ce sont eux qui ont pris le risque de continuer à entretenir les champs et les troupeaux.

Le Dûrgrimst Nagra

Espèces d'animaux:

Les Feldûnost :
Ces créatures ressemblent à des chèvres, en plus gros et avec des cornes annelées, qui s’enroulent de chaque côté de leur tête. Ils procurent du lait, de la laine et de la viande. Ils sont robustes et bien adaptés aux pentes rocheuses. C’est l’une des cinq espèces d’animaux qu’on ne trouve que dans les montagnes du Beors.

Le Nagra :
C’est un sanglier géant. Les nains qui osent le chasser sont braves et on ne le sert qu’aux hôtes les plus valeureux.

Hûthvirn :

C’est une sorte d’ épée que seule les nains peuvent utiliser. Cependant Angela en a une (rappel : elle n’est pas un nain), parce qu’un prêtre a mis son arme en jeu lors d’un concours d’énigmes et qu’elle a gagné.

Arc en corne:

Les nains ont d’abord expérimenté la technique avec des cornes de Feldûnosts, mais ça marche aussi bien avec des cornes d’Urgal. On coupe la corne en deux dans le sens de la longueur, puis on taille la couche externe à la bonne épaisseur. On ébouillante la bande ainsi obtenue, on l’aplatit et on la ponce pour lui donner sa forme définitive, avant de la fixer sur une lamelle de cœur de frêne, avec une colle faite d’écailles de poisson et de peau de museau de truite. Le frêne est recouvert de plusieurs couches de tendons, ce qui donne à l’arc son ressort. La dernière étape est la décoration. Le processus complet peut prendre presque une décennie.

Les Dieux :

Selon les nains, qui se considèrent comme les "os de cette terre", leur race est même plus ancienne que celle des dragons. Ils racontèrent que Gûntera, le Roi des Dieux, est né en même temps que les étoiles. Après avoir combattu les monstres et les géants qui occupaient l’Alagaësia, il s’installa avec sa famille sur cette terre durement conquise, la modela de ses mains et la dirige depuis lors. Peu de temps après, Helzvog, le dieu préféré des nains, décida de peupler ce monde et tailla le premier nain dans le roc d’une montagne. Par jalousie, les autres dieux se mirent à faire de semblables créations. Ainsi, Gûntera créa les elfes, afin qu’ils contrôlent l’Alagaësia pour lui ; Sindri, mère de la Terre, modela l’humus pour en faire les hommes ; tandis qu’Urûr, maître de l’air et du ciel, et son frère Morgothal, le dieu du feu, inventèrent les dragons en unissant leurs pouvoirs. Seule Kílf, déesse des fleuves et des mers, compagne de Gûntera, ne se mêla pas de la création des races. De ses croyances découle le rituel le plus important des nains ou knurlans (Knurla signifiant littéralement "qui est fait de pierre") : celui qui consiste à ensevelir leurs morts dans la pierre afin que leur esprit puisse rejoindre Helzvog. Les nains conservent des traces écrites de leur passé, mais se servent également de l’art pour garder en mémoire les faits héroïques de leurs pairs. Ainsi en est-il de l’immense fresque conservée à Celbedeil (dans la cité de Tarnag), leur plus grand temple, où sont représentées les grandes scènes de leur Histoire. Il fût un temps donc, il y a huit millénaires, où les nains gouvernaient l’Alagaësia, sans subir d’opposition, ni de la part des elfes, ni de celle des humains. Et bien qu’il n’y ait pas eu de conflits relatés entre les nains et les dragons, il existait – et cela perdure toujours – une inimitié certaine entre les deux races. Les dragons forts et fiers, s’attaquaient en effet à leurs troupeaux, les dévorant et détruisant tout sur leur passage. Sans parler du vol de leur or. Querelleurs, ou en tout cas prompts à la colère, les nains sont, par contre, lents à pardonner les fautes du passé et, de ce fait, n’ont jamais vraiment accepté les dragonniers.

Ce peuple de nomades fut contraint de migrer des plaines centrales vers le Sud où il découvrit Farthen Dûr (Notre père dans leur langue) au cœur des montagnes du Beor. Quarante-deux monarques s’y installèrent, à la suite de leur ancêtre Korgan, jusqu’à Hrothgar, qui porte le marteau Volund forgé par son ancêtre et soumet donc à son autorité les treize clans des nains. Ils passèrent à la sédentarité et domestiquèrent de curieux animaux que l’on ne trouve que dans cette région, les Feldûnost. Ils édifièrent leurs cités, creusèrent un nombre incalculable de tunnels, de galeries souterraines, les reliant entre elles. Ils exprimèrent également leur art en taillant ce chef-d’œuvre de leur royaume qu’est la pierre d’Isirda Mithrim (l’Etoile de Saphir) et rencontrèrent enfin les elfes. Quant aux hommes, qui semblent les plus proches d’eux – si l’on excepte la taille – les nains leur apprirent leur alphabet runique et partagèrent avec eux, entre autres choses, les mêmes croyances et les mêmes passions.

Gûntera :

C’est le roi des dieux, un guerrier et un savant. Les nains brûlent des offrandes pour s’assurer sa bienveillance, aux solstices, avant les semailles, à l’occasion des morts et des naissances.
Il a modelé la Terre avec les ossements d’un géant, et c’est lui qui dirige le monde. Tous les royaumes lui appartiennent. Sa compagne est Kilf, la déesse des fleuves et des mers.

Kilf :

C’est la déesse des fleuves et des mers. Elle a pris pour compagnon Gûntera, roi des dieux. Elle est représentée par une statue en pierre d’un bleu très pâle, qui tient dans le creux de ses mains une fleur de nénuphar et un morceau de corail.

Urûr et Morgothal:

Urûr est le dieu de l'air et du ciel. Il a un frère, nommé Morgothal, qui est le dieu du feu.
Ces deux frères s’aimaient, tant qu’ils ne pouvaient exister l’un sans l’autre. Ainsi donc, le palais de Morgothal flamboyait dans le ciel pendant le jour, et les étincelles de sa forge se répandaient chaque nuit dans l’espace, tandis qu’Urûr nourrissait constamment son frère pour qu’il ne meure pas.

Sindri :

C’est la déesse de la Terre.

Helzvog :

C’est le dieu qui a « créé les nains ». Il est représenté par une statue nu, courbé au-dessus d’un morceau de silex, qu’il caresse du bout de son index.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sulawesi.bbactif.com
Murtagh
Fondateur / Dragonnier & Dernier des Parjures
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 24

Carnet de Voyage
Race: Humain
Alignement: Mauvais
Mon Dragon/nier: Thorn

MessageSujet: Re: Les Races Possibles   Jeu 9 Avr - 19:45

Urgal

En Général:

Des Urgals, nul ne connaît l’histoire ou ne s’y est seulement intéressé. Tout ce que ces monstres robustes et cornus nous ont montré, ce sont leurs capacités et leurs actions sur le champ de bataille. Et cela suffit amplement pour éprouver une certaine forme de dégoût, de crainte, mais surtout une haine profonde à leur égard. Il est d’ailleurs inutile, pour en arriver là, de plonger le regard dans leurs yeux jaunes et porcins, ce qui présagerait à coup sûr d’un affrontement d’une rare violence. Bâtis pour la guerre, dangereusement armés et enserrés dans leurs cuirasses, ils se sont rejoints et migrent vers le sud-ouest, à Orthíad, qui est une ancienne cité naine et dans le désert du Hadarac. Tous les clans sont à présent réunis, fédérés par un maître tyrannique, le roi Galbatorix. Pourtant ils ne se sont rassemblés en masse que deux ou trois fois au cours de leur histoire. Ce qui ne laisse rien présager de bon.

Les Kulls, leur élite, ont également quitté leurs grottes pour combattre. Or, nul n’ignore que lorsqu’ils sortent en force, c’est pour perpétrer un massacre. Trop imposants pour voyager à cheval, ils poursuivent leurs ennemis à pieds, mais cela ne donne qu’un maigre avantage à leurs adversaires car ils peuvent courir des jours durant, sans même dormir, et sans que cela ne les affecte au combat. Et lorsque ce moment survient, ils surpassent en puissance au quintuple, les hommes en face d’eux.
Lors de la bataille de Farthen Dûr, les Urgals furent envoyés pas Galbatorix dans les montagnes du Beor. Il semblerait que ce dernier, espérant qu’ils viendraient à bout des Vardens et des nains qui s’y terraient, se soit servi d’eux pour les affaiblir et en disposer, ensuite, comme bon lui semblerait. Il aurait fait des promesses qu’il ne tiendra pas à leur Herndall, l’Urgal (appelé également Bélier à cause de ses cornes) qui gouverne les différentes tribus. Il a d’ailleurs démontré qu’il attache peu d’importance à leur piètre existence, laissant Durza jouer de ses pouvoirs pour les abattre lorsqu’ils échouent dans leur mission
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sulawesi.bbactif.com
Murtagh
Fondateur / Dragonnier & Dernier des Parjures
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 24

Carnet de Voyage
Race: Humain
Alignement: Mauvais
Mon Dragon/nier: Thorn

MessageSujet: Re: Les Races Possibles   Jeu 9 Avr - 19:47

Ombre

En général :

Il est dit que les sorciers invoquent les esprits pour parvenir à leurs fins. Pour ce faire, ils ont souvent recours aux potions, aux artefacts et aux sortilèges. Ils utilisent ensuite leur pouvoir magique pour contrôler ces esprits ainsi que les pouvoirs de ces derniers. Mais certains d'entre eux manipulent la magie de manière dangereuse et n'hésitent pas à se laisser contrôler totalement par les esprits. Comme les seuls esprits susceptibles de se laisser tenter par cette domination sont les plus démoniaques et qu'ils sont, de surcroît, les plus puissants, ils ne quittent plus jamais leur hôte, le transformant en Ombre. Une créature ayant perdu toute humanité, représentant le mal personnifié, œuvrant à de sombres desseins, usant de la plus sacrilège des magies, la magie noire. Ils sont ni morts, ni vivants.

Pour tuer un Ombre, il faut lui percer le cœur. Tout autre technique ne sert qu'à le faire disparaître momentanément, jusqu'à ce qu'il réapparaisse sous une forme spirituelle. Seul trois personnes ont réussis à tuer un Ombre Laetri l'Elfe, Irnstad le Dragonnier et Eragon le Dragonnier.

L'histoire de Durza, l'Ombre tué par Eragon.

Dans des temps plus reculés, un jeune garçon nommé Carsaib dut subir le déshonneur de l’exil avec sa famille. Nomades, ils vécurent dans les plaines désolées jusqu’à ce que des hommes tuent ses parents. Noyé par le chagrin, seul, l’enfant s’enfuit alors vers le désert du Hadarac. Il s’y effondra quand ses forces le lâchèrent. Un vieil homme, Haeg, le secourut et prit soin de lui. Du temps s’écoula avant qu’il ne se remette de ses épreuves, mais lorsqu’il fut rétabli, il se rendit compte que son sauveur était en réalité un sorcier. A la stupeur et à la peur, succédèrent les questionnements de la curiosité et l’envie de savoir. Il supplia et convainquit Haeg de lui apprendre à contrôler les esprits. Il s’attela à la tâche, s’entraînant sans relâche, malgré la chaleur du soleil torride qui ne leur laissait aucun répit dans ce désert. Petit à petit, son pouvoir crût et il fut récompensé de ses efforts. Jusqu’au jour où des bandits les attaquèrent et tuèrent son mentor. Fou de rage, Carsaib conjura des esprits pour se venger. Mais ils étaient bien plus forts qu’il ne l’avait escompté et son inexpérience lui fut fatale. Les esprits se retournèrent contre le jeune sorcier et le possédèrent, corps et âme. C’est ainsi qu’il devint un Ombre, esclave du spectre qu’il avait invoqué, c’est de cette manière que naquit Durza.

Nul ne sait précisément quand il rejoignit son nouveau maître, mais Durza est devenu l’âme damnée et le plus dévoué serviteur de Galbatorix. Personnage vicieux et sournois à souhait, il expose à la face de ses ennemis son visage blême, ses cheveux rouges, son regard pourpre et ses crocs pointus. Souvent drapé de sombre, il lance ses imprécations du haut de sa stature imposante qui n’est rien, cependant, face à l’étendue de sa vanité, de son orgueil et de son ambition. Bien qu’extrêmement difficile à vaincre, il a tout de même sa part, infime, de vulnérabilité. Mais seul le trait ou la lame qui lui perceront le cœur pourront le tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sulawesi.bbactif.com
Murtagh
Fondateur / Dragonnier & Dernier des Parjures
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 24

Carnet de Voyage
Race: Humain
Alignement: Mauvais
Mon Dragon/nier: Thorn

MessageSujet: Re: Les Races Possibles   Jeu 9 Avr - 19:48

Chat-Garou

En Général :

Un chat-garou est un chat, mais beaucoup plus intelligent et d'une plus grande taille. A l'époque des dragonniers, ils étaient aussi renommés que les dragons. Les rois et les elfes en faisaient leur compagnon. Maintenant leur race est presque éteinte, le meilleur exemple de chat-garou est sans doute Solembum. Ces créatures sont capables de faire des choses très étonnantes et se débrouillent toujours pour se mêler et être au courant de tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sulawesi.bbactif.com
Murtagh
Fondateur / Dragonnier & Dernier des Parjures
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 09/04/2009
Age : 24

Carnet de Voyage
Race: Humain
Alignement: Mauvais
Mon Dragon/nier: Thorn

MessageSujet: Re: Les Races Possibles   Jeu 9 Avr - 19:49

Ra'zac

En Général:

Les Ra’zacs se reproduisent en pondant des oeufs, comme les dragons. Lorsqu’ils éclosent, les jeunes – qu’on appelle alors des Crazoracs – développent un exosquelette, sorte de carapace qui rappelle la forme d’un corps humain. Ce n’est qu’une imitation grotesque, mais assez convaincante pour permettre aux Ra’zacs d’approcher leurs victimes sans les alarmer. Là où les humains sont vulnérables, les Ra’zacs sont puissants. Ils voient clair dans la nuit la plus noire, flairent une piste comme un chien de chasse tout en sautant plus haut et en courant plus vite. Cependant, ils ne supportent pas la lumière vive, et ils ont une peur panique des eaux profondes, car ils ne savent pas nager. Leur arme la plus puissante est leur haleine maléfique, qui embrume les cerveaux des humains, les paralysant parfois totalement. Elle est cependant moins efficace sur les nains ; quant aux elfes, ils sont immunisés contre ses effets.

Les Ra’zacs restent crazoracs pendant vingt ans avant d’atteindre leur maturité. Lors de la première pleine lune de leur vingtième anniversaire, ils perdent leur exosquelette, étendent leurs ailes et se révèlent des adultes prêts à chasser toute espèce de créature, et pas seulement les humains. Les parents des Ra’zacs se nomment les Lethrblakas. Alors que leur progéniture est plutôt bornée, pour ne pas dire stupide, un Lethrblaka possède autant d’intelligence qu’un dragon ; un dragon cruel, vicieux et retors.

Ils viennent de terre lointaine, abandonnée par les humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sulawesi.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Races Possibles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Races Possibles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES RACES DISPARUES
» Les races One Piecéennes [spoil]
» Les races jouables
» Les races
» ♠ Les races ♠

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG - Eragon :: L'Univers du Jeu :: Le Jeu :: Les Races-
Sauter vers: